Spirit enlisé

Publié le par Dimitri Chuard

Entre le 25 et le 28 avril dernier, le petit robot Spirit, qui explore vaillamment Mars avec son jumeau Opportunity, s’est progressivement enfoncé dans un sol particulièrement meuble et poussiéreux alors qu’il circulait dans le cratère Gusev, où il s’était posé le 3 janvier 2004. Puis il s’est définitivement enlisé, le sol trop meuble ne pouvant supporter son poids.

"C'est un grave problème", remarque John Callas, directeur du programme des robots Spirit et Opportunity au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena en Californie. "Spirit se trouve dans une situation très difficile. Nous procédons avec méthode et précaution mais cela pourrait prendre des semaines avant que nous puissions le manipuler de nouveau". Ceci dit, "nous profitons de cet enlisement pour en apprendre plus, grâce aux instruments scientifiques du robot, sur les propriétés physiques du sol martien qui nous cause tous ces soucis", souligne-t-il. En effet, quarante jours d’efforts et de manœuvres diverses n’ont abouti qu’à un échec, Spirit ne s’étant déplacé que d’une dizaine de centimètres… Les ingénieurs de la NASA ont donc suspendu toute tentative de pilotage pour éviter d’aggraver la situation. Le robot restera ainsi immobilisé pendant plusieurs semaines, ce qui permettra à ses instruments d’analyser le sol qui l’entoure.

Haut de 1,5 mètre et large de 2,3 mètres, le robot a six roues résistantes pour lui permettre de se déplacer même sur les chemins les plus contraignants. Il faut toutefois savoir que la roue avant droite est bloquée depuis plus de trois ans. Elle se contente de labourer le sol au cours de la progression de l’engin, mais surtout elle contraint ses "pilotes" à ne plus déplacer Spirit qu’en marche arrière… Les cinq roues encore en fonctionnement ont glissé et sont enfoncées de moitié dans le sol.

Pour mieux comprendre la situation, les scientifiques ont dirigé la caméra microscopique du rover de façon à en photographier le dessous. Cela n’avait jamais été réalisé auparavant, car cette caméra est munie d’un objectif dont la mise au point est limitée à 6 centimètres de distance maximum. Les images fournies, prises à une plus grande distance, sont donc floues. Mais elles permettent néanmoins de se faire une idée générale de la situation. Elles révèlent la présence d'un petit monticule, tout proche de l'armature du robot. Si c'est un rocher en contact avec son ventre, Spirit est sans doute condamné à rester prisonnier. En revanche, si c'est un simple tas de sable qui ne fait qu'effleurer sa coque, le robot a de grandes chances de s'en sortir. Pour le vérifier, les responsables du robot vont prendre de nouvelles photos sous des angles différents.

 

L'élaboration d'un plan de secours est particulièrement délicate, puisqu’il ne semble pas y avoir de prise solide à proximité du robot. La NASA va donc créer très prochainement au JPL une maquette grandeur nature de la situation de Spirit afin de trouver des moyens de le libérer, comme cela avait déjà été fait avec succès en 2005 pour Opportunity.

 

Il n'y a pas de réelle certitude toutefois sur le fait que Spirit arrivera à se dégager… Mais les techniciens de la NASA, selon leur propre expression "disposent encore de nombreuses cordes à leur arc" et restent confiants. Après plus de cinq années de tribulations martiennes pour Spirit et Opportunity, les ingénieurs de mission ont effectivement acquis une grande expérience de dépannages à distance, pour sauver les sondes martiennes de l'enlisement ou réparer des pannes électroniques ou mécaniques. Il y a un mois par exemple, le robot redémarrait subitement son ordinateur de bord plusieurs fois de suite ; un incident qui ne s’est heureusement pas reproduit depuis.

 

Les forts vents agitant l'atmosphère matienne ont nettoyé les panneaux solaires de la poussière rouge accumulée et, malgré son immobilité, Spirit pourra faire le plein d'énergie. Ainsi il pourra dans tous les cas continuer à fournir des données scientifiques. Du moins jusqu'à l'hiver martien.

 

 

Spirit a été lancé vers Mars il y a exactement six ans ce 10 juin. Avec son jumeau Opportunity, il devait à l'origine survivre 90 jours sur la planète rouge. Ces objectifs ont donc été largement dépassés. Les deux rovers ont permis, grâce à des centaines de milliers d'images d'une précision sans précédent, de fournir des indications précieuses notamment sur des traces d'eau à la surface de Mars, ayant peut-être permis des formes de vie. Actuellement, Opportunity roule toujours du côté opposé de la planète, achevant son seizième kilomètre sur Mars.

Publié dans [Actualité]

Commenter cet article