L'accès à l'ISS en question

Publié le par Dimitri

ISSDepuis l’arrêt des navettes spatiales étasuniennes, la Russie est le seul pays à pouvoir assurer des vols habités vers la station spatiale internationale (ISS). Or, l'aérospatiale russe semble en difficulté.

L'agence spatiale russe a annoncé avoir découvert une fracture sur la paroi du vaisseau Soyouz TMA-04 M qui devait assurer le prochain vol habité vers l'ISS, ce 30 mars 2012. Un autre appareil, le Soyouz TMA-05, sera utilisé en remplacement, mais le temps nécessaire à la préparation de cette capsule implique un report du vol au 15 mai. Cela signifie que trois des six astronautes actuellement à bord de la station devront passer un mois de plus que prévu dans l'espace.

Le vol suivant, prévu à l'origine fin mai, devra aussi être reporté à la deuxième quinzaine de juin.

Même si la Russie reste une grande puissance spatiale, il faut bien avouer que son industrie spatiale a connu une année noire en 2011, avec l'échec de cinq lancements, dont un vol de ravitaillement de l’ISS, la destruction d’une fusée Soyouz avec un satellite militaire à son bord, la perte de la sonde martienne Phobos-Grunt, qui devait justement marquer le retour des Russes dans l’exploration interplanétaire.

Alors que les Etats-Unis sont désormais incapables de rejoindre la station spatiale internationale par leurs propres moyens, et que les agences spatiales européenne et japonaise ne peuvent assurer que le ravitaillement en matériel, on comprend à quel point la bonne santé du programme Soyouz est un facteur déterminant dans la poursuite des missions vers l'ISS.

Publié dans [Lumière sur...]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article