L'éclipse annulaire la plus longue du siècle

Publié le par Dimitri Chuard

Une telle éclipse ne se reproduira pas sur une telle durée avant le 23 décembre 3043, selon les dires de la NASA. C'est dire.... Vendredi matin, heure française, l'Afrique centrale et l'Asie ont été plongées tour à tour dans l'obscurité.

"Les oiseaux chantent. Il commence à faire froid. On dirait qu'il fait nuit", s'est réjoui John Saitega, un Kényan de 34 ans et père de six enfants. Un moment spectaculaire partagé en famille, accompagnés de quelques proches et d'une paire de lunettes adaptées, gadget indispensable pour ne pas se brûler les yeux.

Ce phénomène restera sans doute gravé dans les mémoires : cette éclipse annulaire de Soleil est la plus longue du troisième millénaire. "Annulaire" car, si la Terre, la Lune et le Soleil sont parfaitement alignés, la Lune est trop petite pour masquer complètement notre étoile. En effet, le Soleil est beaucoup plus éloigné de la Terre en janvier : la Lune se trouve donc actuellement trop loin de Lui. Conséquence : le diamètre apparent de la Lune est inférieur au diamètre apparent du Soleil, et un anneau du disque solaire reste visible lorsque la Lune s'intercale entre la Terre et le Soleil.

L'éclipse a été visible ce vendredi 15 janvier depuis 06h14 heure française dans l'ouest de la République centrafricaine et le sud-ouest du Tchad, selon la NASA. Elle a ensuite pu être observée en République démocratique du Congo, en Ouganda, au Kenya et en Somalie avant d'atteindre l'océan Indien où la durée de l'éclipse annulaire a été maximale, soit 11 minutes et 8 secondes.

L'éclipse a finalement touché le Sud de l'Inde et le Nord du Sri-Lanka vers 08h51 du matin, puis a poursuivi sa course, touchant la Birmanie et enfin la Chine vers 09H41. Lorsque s'est achevé l'éclipse, à 10h59, l'ombre a parcouru au total 12 900 km à la surface de la Terre. Le centre indien de recherche spatiale (ISRO) avait d'ores et déjà lancé trois petites fusées jeudi, et devait en tirer cinq autres vendredi pour étudier les effets du phénomène dans l'atmosphère. "Nous allons comparer les données obtenues en temps normal avec celles fournies pendant et immédiatement après l'éclipse", a déclaré le directeur du projet, P. Ratnakar Rao. On attend les résultats avec impatience...

Avec France Soir

Publié dans [Actualité]

Commenter cet article