Avis de tempête sur l'exoplanète Osiris

Publié le par Dimitri Chuard

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4b/Osirisplanet.jpgLa planète HD 209458b, aussi provisoirement nommée Osiris, est une géante gazeuse de dimension comparable à celle de Jupiter. Depuis sa découverte en 2000, elle cumule quelques "premières" à commencer par sa propre détection par transit (passage devant son étoile). Une méthode qui a permis aux astronomes d’évaluer la taille, la masse (60 % de celle de Jupiter), la période de révolution (3,5 jours) et même la température à la surface - plus de 1000°C - de cette exoplanète située à 150 années-lumière de notre système solaire.

Les observations récentes menées par des équipes de l’Université de Leiden (SRON) et du MIT avec le Very Large Telescope (VLT) et le spectrographe ultrasensible CRIRES ont permis d’établir, avec plus de détails que jamais, la composition de l’atmosphère de cette lointaine "Jupiter chaude". Elle serait très riche en monoxyde de carbone, dans des proportions comparables à nos planètes géantes. L’acuité du spectrographe associée à l’un des plus grands télescopes du monde ont permis aux chercheurs de déterminer pour la première fois, la vitesse des vents ! Des vents très violents "chronométrés" entre 5000 et 10000 kilomètres par heure !

Autre "première" remarquable : la mesure directe de la vitesse de déplacement de l’exoplanète. Le chercheur Ernst de Mooij, co-auteur de l’article sur le sujet paru dans la revue scientifique Nature déclare : "en général, la masse d’une exoplanète est déterminée en mesurant les oscillations de l’étoile et en supposant une certaine masse théorique pour cette étoile. Dans ce cas, nous avons aussi été capables de mesurer le mouvement de la planète et nous avons ainsi pu déterminer à la fois la masse de l’étoile et celle de la planète".

La recherche dans le domaine des exoplanètes avance à grands pas. Les scientifiques envisagent bientôt d’effectuer le même type d’observation sur des planètes similaires à la Terre ou des super-terres, de plus en plus nombreuses à être découvertes dans d’autres systèmes solaires. Tout cela augmente, bien sûr, les chances de pouvoir déceler la vie dans des mondes plus ou moins lointains.

Publié dans [Actualité]

Commenter cet article