Quand la météo devient astronomie...

Publié le par Dimitri Chuard

Voici un extrait d'un article publié sur telerama.fr, par Samuel Gontier. Il met le doigt sur les différences qui existent entre les différentes éphémérides données par les chaînes de télévision à l'heure de la météo, alors même que l'Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides (IMCCE) dénonce des erreurs du même type dans le calendrier des postes 2010...

"Ça s'est passé comment, votre solstice d'hiver ? Moi, ça m'a mis dans une humeur noire… La faute aux heures de lever et de coucher du soleil présentés par les éphémérides télévisés. Je pensais que les chaînes allaient profiter de l'occasion pour remettre les pendules à l'heure solaire et ne plus faire varier la durée du jour en fonction d'obscures considérations. Mais, pas plus que les chefs d'Etat à Copenhague, elles n'ont su se mettre d'accord. La bataille des minutes de soleil ne s'arrête jamais.

Sur ces images saisies au paroxysme du conflit, dimanche soir, vous noterez que toutes les belligérantes se frottent les mains, sûres de posséder la seule et unique vérité. Seule la présentatrice de M6 se fait attendre, mais c'est pour mieux afficher un scoop. Constatez (de haut en bas : TF1, France 2, France 3 et M6) :





Incroyable, non ?
M6 retire deux minutes de soleil le jour du solstice d'hiver !!! Pourtant, la caractéristique d'un solstice, c'est que la déclinaison du soleil sur la sphère céleste paraît constante. Donc que la durée du jour ne peut être sauvagement raccourcie de deux minutes. Serait-ce une nouvelle censure de la direction de la chaîne, prompte à empoigner ses ciseaux pour tailler dans ses magazines d'information ? Jusqu'à présent, aucun communiqué indigné de la Société des journalistes de M6 ou du Club d'astronomie de Gigouzac ne permet de l'affirmer.

Le procédé a cependant de quoi inquiéter. Jusqu'où M6 ira-t-elle ? Si elle retranche deux minutes de soleil un 21 décembre, elle est bien capable d'en ajouter quatre le 21 juin. Reconnaissons, à la décharge de la chaîne, qu'elle n'est pas avare en UV : le soleil se lève plus tôt sur M6 que sur toutes les autres chaînes. Mieux, en ce jour le moins éclairé de l'année, M6 nous promet 8 heures et 22 minutes de soleil, contre seulement 8 heures et 14 minutes de soleil sur France 2 et 8 heures et 12 minutes de soleil sur France 3 et TF1. Pour résumer : entre M6 et TF1, c'est le jour et la nuit.

Je soupçonne la lune d'y être pour quelque chose. Vous avez remarqué ? Notre satellite aussi est affublé d'heures de lever et de coucher différentes – notons que France 2 brille par son silence, apparemment personne ne lui a demandé la lune. Avec 10 heures et 46 minutes de jour lunaire, M6 est une nouvelle fois la plus prolifique, devant France 3 et TF1, décidément aussi peu généreuses en jours séléniens qu'en jours solaires. Malheureusement, en l'état actuel de mes connaissances scientifiques, rien ne me permet de tirer au clair cette histoire de lune. [...]

Avec tous ces calculs, toutes ces enquêtes à mener de front, vous comprendrez que je n'ai pas vu le jour de la nuit. Ou l'inverse, je ne sais plus. A l'aube d'une nouvelle année (à quelle heure, l'aube ?), je dois constater qu'elle se présente sous un mauvais jour. Pour gagner en clarté, les chaînes devraient peut-être changer de référence. Renvoyer le soleil et la lune dans l'ombre de laquelle ils n'auraient jamais dû sortir. Et choisir un étalon qui mette d'accord toutes les télés. Par exemple, les heures de lever et de coucher de Johnny Hallyday."

Je vais tâcher de fournir quelques éléments de réponse. Mais d'abord, il me semble important de rapeller que les éphémérides des bulletins météo ont surtout un but indicatif, et que ceux qui ont besoin d'informations plus précises (comme les astronomes) les cherchent ailleurs. Toutefois, ces écarts restent étonnants. Ce qui est sûr, c'est que la mécanique céleste est bien huilée et que c'est aux hommes qu'il faut imputer ces différences. Notamment, les heures de lever/coucher sont calculées pour un endroit précis, et toute variation en latitude et/ou longitude les modifie. De plus, on peut se demander ce qu'on entend par "lever" : apparition du bord supérieur, du centre de l'astre, de son bord inférieur ? Toutes ces facteurs, additionnés aux particularités topographiques locales, rendent utopique une heure de lever (ou de coucher) fixe pour toute la France (sans parler de l'outre-mer !) et tendent à expliquer les quelques minutes de différence entre les différentes chaînes - qui pourraient certes se mettre d'accord...

Dimitri

 

Publié dans [Lumière sur...]

Commenter cet article