La mystérieuse planète naine Vesta à l'opposition

Publié le par Dimitri Chuard

Actuellement visible à l'œil nu, Vesta, l'un des principaux corps de la ceinture d'astéroïdes, s'approche de l'opposition, qu'il atteindra le 22 février. C'est l'occasion de faire le point sur nos connaissances actuelles et les missions à venir.

Vesta-HST-Color.jpgLe 29 mars 1807, l'astronome Heinrich Olbers découvre un astéroïde, Vesta. Après Cérès en 1801 puis Pallas et Junon, Vesta est le quatrième membre de la ceinture d'astéroïdes située entre les planètes Mars et Jupiter. Cette ceinture compte plusieurs centaines de milliers de membres, du grain de poussière au planétoïde, tous considérés comme des petits corps du Système solaire, excepté Cérès, le plus grand, désormais rangé dans la catégorie des planètes naines (comme Pluton), en raison de sa forme sphérique.

Vesta est un corps dont le diamètre moyen dépasse 500 kilomètres et dont la masse représente 9% de la masse totale de la ceinture d'astéroïdes. Il y a environ un milliard d'années, un autre astéroïde a percuté Vesta, laissant à sa surface un gigantesque cratère de 460 kilomètres de diamètre avec un pic central de 18 kilomètres d'altitude. On se demande encore comment Vesta a résisté au choc... De nombreux fragments ont été arrachés à Vesta lors de cette catastrophe, dont certains ont terminé leur course sur Terre sous forme de météorites, comme celle qui toucha le sol australien en octobre 1960.

En attendant la visite de Vesta par des sondes, c'est le télescope spatial Hubble qui en a réalisé les meilleures images (ci-contre). Elles confirment l'éclatante blancheur de l'astéroïde, ce qui en fait le seul visible à l'œil nu quand il est à l'opposition, comme c'est le cas en ce mois de février. Cet albédo élevé intrigue les astronomes. Normalement le vent solaire devrait progressivement assombrir la surface de l'astéroïde (les particules solaires ont la particularité de modifier le spectre des silicates), or ce n'est pas le cas. Vesta génère peut-être son propre champ magnétique qui détournerait ce flux de particules et préserverait ainsi la blancheur de sa surface, très riche en pyroxène.

Vesta présente un attrait supplémentaire aux yeux des scientifiques : à la différence des autres astéroïdes, c'est un astre différencié en plusieurs couches comme les planètes telluriques. Une source de chaleur interne a provoqué la fusion de l'astéroïde peu après sa formation. Vesta est sans doute constitué d'un noyau de nickel et de fer, d'un manteau rocheux d'olivine et d'une croûte de régolithe, une couche de poussière basaltique de plusieurs mètres qui résulte du bombardement météoritique.

La sonde américaine Dawn lancée en 2007 devrait se mettre en orbite autour de Vesta en 2011 pour en cartographier la surface avant de repartir en direction de Cérès. En attendant chacun peut essayer de repérer le point de Vesta à proximité de Régulus, la plus brillante étoile de la constellation du Lion, point visible à l'œil nu sous un ciel de campagne bien noir. La magnitude de Vesta est en effet de 6,1 entre le 15 et le 22 février, la limite de visibilité à l'œil nu ; avec une paire de jumelles, le repérage est beaucoup plus évident.

En observant plusieurs nuits d'affilée, le déplacement de Vesta par rapport aux étoiles devient évident. Les astronomes amateurs tenteront de photographier les déplacements de l'astéroïde, mais peu d'entre eux pourront réaliser l'exploit de l'amateur italien Antonello Medugno qui, au cours de l'opposition de 2007, était parvenu à enregistrer des détails à la surface de Vesta avec un télescope de 350 millimètres de diamètre.

 

Avec Futura Sciences

Publié dans [Lumière sur...]

Commenter cet article