Débusquez les satellites artificiels !

Publié le par Dimitri Chuard

Si vous allez dehors et si vous regardez attentivement le ciel aux alentours du crépuscule ou de l'aube, le moindre site peu pollué par les lumières artificielles vous permettra de voir un des 35 000 satellites qui tournent autour de la Terre sans attendre plus d'un quart d'heure. La plupart des "satellites" sont en fait des débris, qui peuvent mesurer de quelques centimètres à une dizaine de mètres. Conséquence logique, la plupart de ces objets ne sont donc pas visibles à l'oeil nu. Néanmoins, selon votre acuité visuelle, vous pourrez en distinguer plusieurs centaines. Les plus gros et les plus proches sont ceux qui ont le plus de chances de refléter les rayons du soleil.

La Station Spatiale Internationale (ISS) est de loin le plus gros et le plus brillant des tous les objets mis par l'Homme en orbite terrestre. Sa construction a débuté en 1998 et devrait s'achever en 2011. L'ISS est plus de quatre fois plus grande que ne l'était l'ancienne station MIR. Elle se situe actuellement à 348 kilomètres au dessus de nos têtes et, à la vitesse de 27700 km/h, elle parcourt près de seize orbites par jour. Depuis le sol, elle apparaît ainsi aussi rapide qu'un avion, prenant parfois quatre à cinq minutes pour traverser la totalité du ciel. Lors des passages favorables, l'ISS peut sembler aussi brillante que la planète Vénus (magnitude -4,5), soit 16 fois plus que l'étoile Sirius qui est elle même la plus brillante du ciel. Parfois même, son éclat peut atteindre la magnitude -8 lorsque les rayons du soleil frappent directement ses panneaux solaires. Vous pourrez peut être même observer une navette spatiale en train d'approcher la station.

A l'oeil nu, le télescope spatial Hubble est également visible, tout comme la fameuse boîte à outils perdu par une astronaute américaine en novembre dernier lors d'une mission de repération de la station. Cette dernière nécessite toutefois une paire de jumelles pour être aperçue.

A partir de maintenant et jusqu'à la fin du mois de juillet, beaucoup d'opportunités d'observation de l'ISS vont se présenter pour nos lattitudes. Les nuits sont désormais très courtes, ce qui permet aux satellite sen orbite basse de rester éclairés par le Soleil durant toute la nuit. C'est là une situation unique dans l'année. De plus, le fait que l'ISS boucle une rotation autour de la Terre en 90 minutes permet de l'observer plusieurs fois par nuit. L'excentricité de son orbite (51,6°) entraîne différentes trajectoires, qu'on classifie en deux types. Le "type I" consiste en une apparition au sud-ouest et en une disparition au nord-est, tandis que le "type II", qui survient sept à huit heures plus tard, est caractérisé par un passage allant du nord-ouest au sud-est. Durant les prochaines semaines, des passages de type I seront visibles peu avant l'aube. Début juillet, on pourra observer des passages de type I en début de nuit et de type II sur le matin. Et fin juillet, ce seront les passages de type II qui seront observables en soirée.

Vous pourrez obtenir des horaires de passages en fonction de votre lieu d'observation sur http://www.heavens-above.com.


Cet article est inspiré de "How to spot satellites" par Joe Rao.

Publié dans [Observation]

Commenter cet article

grelots 27/06/2009 16:27

Sympa ton sujet sur les satellites artificiels....JM