Le Soleil en retard...

Publié le par Dimitri Chuard

Vous le savez peut-être : l'activité de notre étoile n'est pas constante. Le Soleil est en effet rythmé par un cycle d'environ 11 ans, mis en évidence par l'astronome amateur allemand Heinrich Schwabe il y a plus de cent cinquante ans. Ce cycle comporte un maximum et un minimum et correspond à une inversion du champ magnétique solaire. Il est mis en évidence par le nombre de tâches qui constellent la surface de notre étoile : plus elles sont nombreuses, plus son activité est importante. Ces tâches correspondent en réalité à des zones de la taille d'une planète légèrement plus froides que le reste de la surface.

Ainsi, l'année dernière correspondait au minimum du cycle numéro vingt-trois(1). Ce fut d'ailleurs une véritable période de faible activité puisque pour 73% des jours de l'année aucune tâche solaire n'a été observée, un record depuis 1913. De la même façon, le vent solaire, ce flux de particules projetés dans l'espace par l'étoile, à l'origine des aurores polaires, a atteint son plus bas niveau en cinquante ans. La luminosité du soleil a elle aussi baissé par rapport au minimum de 1996. Même schéma pour les émissions d'ondes radios. Bref, il semblait jusqu'alors évident que 2008 était l'année qui marquait un minimum d'activité et donc la transition entre les cycles vingt-trois et vingt-quatre.

Les scientifiques s'attendaient ainsi à ce que 2009 connaisse le début de la reprise de l'activité solaire. Mais il n'en est rien ! Elle semble encore plus basse que l'an passé : on ne compte pas moins de 83% de jours sans tâches jusqu'à aujourd'hui. Nous sommes donc dans une période de grand calme plus longue et plus intense que prévue.

Les seules conséquences néfastes de ce retard solaire concernent le domaine de l'aéronautique : le vent solaire protège les astronautes des rayons cosmiques et favorise la fin de vie des satellites artificiels en réchauffant la haute atmosphère.

Il faut savoir que ce minimum record intervient après un demi-siècle d'activité intense. Il va donc permettre d'étudier pour la première fois avec des moyens modernes une telle période dans le cycle du soleil.

On ne connaît pas encore les processus détaillés qui engendrent ces cycles et il nous est ainsi impossible de prédire une reprise de l'activité solaire. D'après la NASA, elle pourrait survenir d'ici la fin de l'année et être suivie d'un maximum relativement faible en 2012 ou 2013.



(1) Les cycles sont comptés depuis 1761.


Publié dans [Événement]

Commenter cet article

grelots 15/06/2009 13:34

.... il faut être patient...Bonne journéeJM